Click here to translate this page. translate gadget at page bottom  

La thérapie à la niacine telle qu'utilisée par Abram Hoffer, M.D.

Dosage: Niacin
Home

Vitamine B-3: Niacine et son amide

Par A. Hoffer, M.D., Ph.D.

http://www.doctoryourself.com/hoffer_niacin.html

Les premières vitamines hydrosolubles ont été numérotées en séquence selon la priorité de découverte. Mais après que leur structure chimique a été déterminée ils ont été donnés des noms scientifiques. Le troisième à être découvert était la vitamine anti-pellagra avant qu'il soit montré pour être la niacine. Mais l'utilisation du numéro B-3 ne resta pas longtemps dans la littérature. Il a été remplacé par l'acide nicotinique et son amide (également connu sous le nom médical de niacine et son amide). Le nom a été changé pour supprimer la similitude à la nicotine, un poison.

Le terme de vitamine B-3 a été réintroduit par mon ami Bill W., co-fondateur de Alcooliques anonymes, (Bill Wilson). Nous nous sommes rencontrés à New York en 1960. Humphry Osmond et moi-même l'avons présenté au concept de la méga vitamine. Nous avons décrit les résultats que nous avions observés chez nos patients schizophrènes, dont certains étaient également alcooliques. Nous lui avons également parlé de ses nombreuses autres propriétés. Il était thérapeutique pour l'arthrite, pour certains cas de sénilité et il a abaissé les niveaux de cholestérol.

Bill était très curieux à ce sujet et a commencé à prendre niacine, 3 g par jour. En quelques semaines, la fatigue et la dépression qui l'avaient empoisonné pendant des années avaient disparu. Il l'a donné à 30 de ses amis proches dans les AA et les a persuadés de l'essayer. Dans les 6 mois, il était convaincu qu'il serait très utile pour les alcooliques. Sur les trente, 10 étaient libres d'anxiété, de tension et de dépression en un mois. 10 autres ont été bien en deux mois. Il a décidé que les termes chimiques ou médicaux pour cette vitamine n'étaient pas appropriés. Il voulait persuader les membres des AA, surtout les médecins des AA, que cela serait un complément utile au traitement et qu'il avait besoin d'un terme qui pourrait être plus facilement popularisé. Il m'a demandé les noms qui avaient été utilisés. Je lui ai dit qu'il était à l'origine connu sous le nom de vitamine B-3. C'est ce que voulait Bill. Dans son premier rapport aux médecins des AA, il l'a appelé «la vitamine B-3 thérapie». Des milliers d'exemplaires de ce dépliant extraordinaire ont été distribués. Finalement, le nom est revenu et aujourd'hui même les revues médicales les plus conservatrices utilisent le terme de vitamine B-3.

Bill est devenu impopulaire avec les membres du conseil d'administration de AA International. Les membres médicaux qui avaient été nommés par Bill, a estimé qu'il n'avait pas d'affaires messing environ avec un traitement à l'aide de vitamines. Ils savaient aussi que la vitamine B-3 ne pouvait pas être thérapeutique comme Bill l'avait trouvée. Pour cette raison Bill a fourni des informations aux membres médicaux des AA en dehors du Conseil national, en distribuant trois de ses pamphlets étonnants. Ils ne sont plus disponibles.

La vitamine B-3 existe sous forme d'amide dans la nature, dans le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD). Le nicotinamide pur et la niacine sont synthétiques. La niacine était connue comme un produit chimique pendant environ 100 ans avant qu'il soit reconnu comme étant la vitamine B-3. Il est fabriqué à partir de la nicotine, un poison produit dans la plante du tabac pour se protéger contre ses prédateurs, mais dans la merveilleuse économie de la nature qui ne gaspille aucune structure, quand la nicotine est simplifiée par craquage ouvert un des anneaux, il devient le Immensément précieuse vitamine B-3. La vitamine B-3 est fabriquée dans le corps à partir de l'acide aminé tryptophane. En moyenne 1 mg de vitamine B-3 est fabriqué à partir de 60 mg de tryptophane, environ 1,5% Comme il est fabriqué dans le corps, il ne répond pas à la définition d'une vitamine; Ils sont définis comme des substances qui ne peuvent pas être fabriquées. Il aurait dû être classé avec les acides aminés, mais l'utilisation prolongée du terme vitamine lui a donné un statut permanent en tant que vitamine. Le taux de conversion de 1,5% est un compromis basé sur la conversion du tryptophane en N-méthyl nicotinamide et ses métabolites chez les sujets humains. Je soupçonne qu'un jour dans l'avenir lointain aucun du tryptophane ne sera converti en vitamine B-3 et il sera alors vraiment une vitamine. Selon Horwitt [1], le montant converti n'est pas inflexible, mais varie avec les patients et les conditions. Par exemple, les femmes enceintes au cours des trois derniers mois ont converti le tryptophane en métabolites de niacine trois fois plus efficacement que chez les femmes non enceintes. Il existe également des preuves que les stéroïdes contraceptifs, les œstrogènes, stimulent la tryptophane oxygénase, l'enzyme qui convertit le tryptophane en niacine. **** Cette observation soulève quelques spéculations intéressantes. Les femmes, en moyenne, vivent plus longtemps que les hommes. Il a été montré pour les hommes que leur donner la niacine augmente leur longévité. [2] L'augmentation de la longévité chez les femmes résulte-t-elle d'une plus grande conversion du tryptophane en niacine sous l'impulsion de leur augmentation de la production d'œstrogènes? Le même phénomène explique-t-il la diminution de l'incidence des maladies coronariennes chez les femmes? La maladie la plus connue est la pellagre. Plus précisément, il s'agit d'une maladie de carence de tryptophane puisque le tryptophane seul peut guérir les premiers stades. La pellagre était endémique dans le sud des États-Unis jusqu'au début de la dernière guerre mondiale. Il peut être décrit par les quatre D: la dermatite, la diarrhée, la démence et la mort. La démence est un phénomène tardif. Dans les premiers stades, elle ressemble beaucoup plus à la schizophrénie et ne peut que difficilement être distinguée de celle-ci. La seule méthode certaine utilisée par les ''pellagrologistes'' précoces était de donner à leurs patients dans les hôpitaux psychiatriques de petites quantités d'acide nicotinique. S'ils récupéraient ils diagnostiquaient la pellagre, s'ils ne le diagnostiquaient pas la schizophrénie. C'était bon pour certains de leurs patients, mais n'était pas bon pour la psychiatrie, car il empêchait tout intérêt continu à travailler avec la vitamine pour leurs patients qui ne se sont pas rétablis rapidement, mais qui aurait pu le faire s'ils leur avaient donné beaucoup plus pour un temps bien plus long,à la manière dont nous avons commencé à le faire en Saskatchewan. Je le considère comme l'un des syndromes schizophréniques. ****

Les indications

J'ai participé à l'établissement de deux des principales utilisations de la vitamine B-3, en dehors de son rôle dans la prévention et le traitement de la pellagre. Il s'agit de son action dans l'abaissement des taux de cholestérol élevé [3] et dans l'élévation du taux de cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL), et son rôle thérapeutique dans les schizophrénies et autres affections psychiatriques. Il a été jugé utile pour de nombreuses autres maladies ou situations . Il s'agit de troubles psychiatriques dont les enfants souffrant de troubles de l'apprentissage et du comportement, les toxicomanies, notamment l'alcoolisme et la toxicomanie, les schizophrènes, certains états séniles. Son efficacité pour un grand nombre de conditions mentales et physiques est un avantage pour les patients et leurs médecins qui utilisent la vitamine, mais il est difficile d'accepter par la profession médicale qui s'est bloquée sur la conviction qu'il doit y avoir un médicament pour chaque maladie et Que quand une substance semble être trop efficace pour de nombreuses conditions, elle doit être entièrement due à son effet placebo, quelque chose comme les vieilles huiles de serpent.**** J'ai pensé à cela pendant une longue période et chez moi au cours de la dernière année je suis devenu convaincu que cette vitamine est tellement bourrée de bienfaits car elle modère ou soulage le corps de l'effet pernicieux du stress chronique.Elle libère également le corps de sa fonction routinière de se réparer plus efficacement. L'excitation actuelle dans la médecine est la reconnaissance que l'hyperoxydation, la formation de radicaux libres, est l'un des processus nuisibles de base dans le corps. Ces molécules hyperexcitées détruisent les molécules et endommagent les tissus au niveau cellulaire et au niveau des tissus. Tout le tissu vivant qui dépend de l'oxygène pour la respiration doit se protéger contre ces radicaux libres. Les plantes utilisent un type d'antioxydants et les animaux utilisent un autre type. Heureusement, il y a un chevauchement et les mêmes antioxydants comme la vitamine C sont utilisés par les plantes et les animaux. On reconnaît de plus en plus que le système adrénaline -> adrénochrome joue un rôle majeur dans les réactions au stress. J'ai élaboré cela dans un autre rapport pour ce journal. [4]

Les catécholamines, dont l'adrénaline est l'exemple le plus connu, et les aminochromes, dont l'adénochrome est l'exemple le plus connu, sont intimement impliqués dans les réactions de stress. Par conséquent, pour modérer l'influence du stress ou pour le nier, il faut utiliser des composés qui empêchent ces substances d'endommager le corps. La vitamine B-3 est un antidote spécifique à l'adrénaline et les antioxydants tels que la vitamine C, la vitamine E, le bêta-carotène, le sélénium et d'autres protègent le corps contre l'effet des radicaux libres en les éliminant plus rapidement du corps. Toute maladie ou affection liée au stress doit donc répondre à l'utilisation combinée de la vitamine B-3 et de ces antioxydants à condition qu'ils soient tous administrés en doses optimales, qu'elles soient petites ou importantes, comme dans le traitement orthomoléculaire. Je vais donc énumérer brièvement les nombreuses indications concernant l'utilisation de la vitamine B3. Pour chaque affection, je décrirai un cas pour illustrer la réponse thérapeutique. Pour chaque condition, je peux me référer à des centaines et des milliers d'histoires de cas et j'ai déjà décrit dans la littérature beaucoup d'entre eux en détail. [5]

Psychiatrique

1) Les schizophrénies. J'ai examiné ceci pour cette revue. [6]****
2) Enfants ayant des troubles de l'apprentissage et / ou du comportement.
3) États confusions organiques, formes de démence non-Alzheimer, troubles de la mémoire induits par la thérapie électroconvulsive.
4) Un antidote contre le d-LSD, 9,10 et contre l'adrénocrome. [5]
5) Alcoolisme. Bill W. a mené le premier essai clinique de l'utilisation de la nicotine pour traiter les membres des Alcooliques anonymes. [11] Il a constaté que 20 sur 30 sujets ont été soulagés de leur anxiété, tension et fatigue en deux mois de prendre cette vitamine, 1 G tid. Je l'ai trouvé très utile dans le traitement des patients qui étaient à la fois alcooliques et schizophrènes. Le premier grand essai a été mené par David Hawkins qui a signalé un taux de récupération supérieur à 90% sur environ 90 patients. Depuis lors, il a été utilisé par de nombreux médecins qui traitent les alcooliques. Le Dr Russell Smith à Detroit a rapporté la plus grande série de patients. [12]

Physique

1. Cardiovasculaire

Parmi les deux principales constatations faites par mon groupe de recherche en Saskatchewan, le lien acide nicotinique-cholestérol est bien connu et l'acide nicotinique est utilisé dans le monde entier comme un composé économique, efficace et sûr pour abaisser le cholestérol et élever le cholestérol à haute densité. En raison de mon intérêt pour l'acide nicotinique, Altschul, Hoffer et Stephen [3] ont découvert que cette vitamine, exprimée en grammes par jour, abaissait le taux de cholestérol. Depuis lors, il a été constaté qu'il élève également le cholestérol de lipoprotéines de haute densité apportant ainsi le rapport du total sur HDL à moins de 5.Dans l'étude coronarienne nationale, Canner [2] a montré que l'acide nicotinique diminue la mortalité et prolonge la vie. Entre 1966 et 1975, cinq médicaments utilisés pour abaisser le taux de cholestérol ont été comparés à un placebo chez 8341 hommes, âgés de 30 à 64 ans, qui avaient subi un infarctus du myocarde au moins trois mois avant d'entrer dans l'étude. Environ 6000 étaient vivants à la fin de l'étude. Neuf ans plus tard, seule la niacine avait diminué de façon significative le taux de mortalité . La mortalité a diminué de 11% et la longévité a augmenté de deux ans. Le taux de mortalité par cancer a également diminué.

C'était une conclusion très heureuse parce qu'elle a mené à l'approbation par la FDA de cette vitamine en méga doses pour des problèmes de cholestérol et a ouvert l'utilisation de cette vitamine en grandes doses pour d'autres conditions aussi. Cela s'est produit à un moment où la FDA faisait de son mieux pour ne pas reconnaître la valeur de la thérapie de la mégavitamine. Sa position n'a pas changé au cours des quatre dernières décennies. Notre conclusion a ouvert la deuxième grande vague d'intérêt pour les vitamines. La première vague a commencé vers 1900 quand il a été montré que ces composés étaient très efficaces à petites doses dans la guérison des maladies de carence en vitamine et dans la prévention de leur apparition. C'était la phase préventive de l'utilisation des vitamines. La deuxième vague a reconnu qu'ils ont des propriétés thérapeutiques non directement liées aux maladies carencées par la vitamine, mais peuvent devoir être utilisées à fortes doses. Il s'agissait de la deuxième vague ou de la vague actuelle où les vitamines sont utilisées en thérapie pour plus de maladies de carence. Notre découverte que l'acide nicotinique était un composé hypocholestérolémique est crédité comme le premier document pour lancer la deuxième vague et a ouvert la voie à la médecine orthomoleculaire qui est venu plusieurs années plus tard.

2. Arthrite

J'ai d'abord observé les effets bénéfiques de la vitamine B3 en 1953 et 1954. J'explorais alors les avantages potentiels et les effets secondaires de cette vitamine. Plusieurs des patients qui ont reçu cette vitamine signaleraient après plusieurs mois que leur arthrite était meilleure. Au début, c'était une surprise puisque dans l'histoire psychiatrique que j'avais prise, je n'avais pas posé de questions sur la douleur articulaire. Ce rapport d'amélioration est arrivé si souvent que je ne pouvais pas l'ignorer. Quelques années plus tard, j'ai découvert que le professeur W. Kaufman avait étudié l'utilisation de cette vitamine pour les arthritiques avant 1950 et avait publié deux livres décrivant ses résultats remarquables. [13] Depuis ce temps cette vitamine a été une composante très importante du régime orthomoléculaire pour traiter l'arthrite. Le cas suivant illustre à la fois la réponse qui peut se produire et la complexité du régime orthomoléculaire. Les patients qui sont au début de leur arthrite répondent beaucoup plus efficacement et ne sont pas laissés avec une invalidité résiduelle. K.V. Est venue à mon bureau le 15 avril 1982. Elle était dans un fauteuil roulant poussé par son mari. Il était épuisé, déprimé, et elle était l'un des patients les plus malades que j'ai jamais vu. Elle pesait moins de 90 livres. Elle était assise sur le fauteuil sur les chevilles qui étaient croisées sous son corps parce qu'elle ne pouvait pas les redresser. Ses bras étaient tenus devant elle, près de son corps, et ses doigts étaient déformés de façon permanente et comme une griffe. Elle m'a dit qu'elle avait été profondément déprimée pendant de nombreuses années en raison de la douleur sévère et sa déficience majeure. Comme elle était roulée dans mon bureau, j'ai vu comment elle était malade et immédiatement conclu il n'y avait rien que je pouvais faire pour elle, et j'ai dû décider comment je pourrais lui faire savoir sans l'envoyer encore plus profond dans le désespoir. Cependant, j'ai changé d'avis quand elle a soudainement dit: «Dr Hoffer, je sais que personne pourra jamais me guérir, mais si vous pouviez seulement m'aider avec ma douleur. La douleur dans mon dos est insupportable. Douleur dans mon dos. " J'ai réalisé alors qu'elle avait beaucoup de détermination et de force intérieure et qu'il valait la peine d'essayer de l'aider.Elle a commencé à souffrir de douleurs sévères dans ses articulations en 1952. En 1957, son mal été diagnostiqué comme de l'arthrite. Jusqu'en 1962, son état a fluctué et elle a dû aller dans un fauteuil roulant une partie de la journée. Elle était encore capable de marcher, mais pas pour longtemps jusqu'à 1967. En 1969, elle dépendait du fauteuil roulant la plupart du temps, et en 1973, elle y était dedans en permanence. Pendant quelque temps, elle put se propulser avec ses pieds. Ensuite, elle dépendait en permanence de l'aide. Pendant les trois années qui ont précédé sa visite, elle avait reçu des soins à domicile, mais la plupart des soins étaient fournis par son mari. Il avait pris sa retraite quand je les ai vus pour la première fois. Il a fourni les soins infirmiers équivalent à quatre infirmières sur les quarts de travail de 8 heures, y compris les vacances. Il devait la transporter à la salle de bains, la baigner, la cuisiner et la nourrir. Il était aussi épuisé qu'elle, mais il était capable de continuer.

Elle était sévèrement déformée, surtout ses mains, souffrait continuellement de douleur, pire dans ses bras, ses hanches et son dos. Ses chevilles étaient mal gonflées et elle devait porter des bandages sous pression. Ses muscles étaient aussi très douloureux la plupart du temps. Elle a pu se nourrir et crocheter avec ses quelques doigts utiles, mais cela a dû être extrêmement difficile. Elle n'était pas capable d'écrire ni de dactylographier ce qu'elle avait l'habitude de faire avec un crayon. Quelques mois plus tôt, elle avait été suicidaire. Au-dessus de cette douleur et de l'inconfort, elle n'avait pas d'appétit, n'avait pas faim et un repas complet la rendait nauséeuse. Sa peau était sèche, elle avait des plaques d'eczéma, et elle avait des zones blanches dans ses ongles. Je lui ai conseillé d'éliminer le sucre, les pommes de terre, les tomates et les poivrons (environ 10% des arthritiques ont des réactions allergiques à la famille des solanines). Elle devait ajouter 500 mg de niacinamide quatre fois par jour (après le travail de W. Kaufman), l'acide ascorbique 500 mg quatre fois par jour (comme un nutriment anti-stress et pour le scorbut subclinique), la pyridoxine 250 mg par jour De l'huile de lin 2 cuillères à soupe et de l'huile de foie de morue 1 cuillère à soupe par jour (l'état de la peau indiquait qu'elle était insuffisante en zinc), de l'huile de lin 2 cuillères à soupe et de l'huile de foie de morue Avait une carence en oméga 3 acides gras essentiels). Le traitement détaillé de l'arthrite et les références sont décrits dans mon livre. [14] Un mois plus tard, un nouveau couple est entré dans ma chambre. Son mari souriait, détendu et joyeux alors qu'il poussait sa femme dans sa chaise. Elle était assise avec ses jambes pendantes, souriant aussi bien. Je savais tout de suite qu'elle était beaucoup mieux. Je commençai à lui poser des questions sur ses divers symptômes qu'elle avait déjà connus. Au bout de quelques minutes, elle s'écria impatiemment en disant: «Dr Hoffer, la douleur dans mon dos a disparu. Elle ne saignait plus de son intestin, elle ne souffrait plus de tout son corps, elle était plus à l'aise, la douleur dans son dos était aisément contrôlée par l'aspirine et avait disparu de ses hanches, (ça n'avait pas aidé avant). Elle était gaie et riait dans mon bureau. Son cœur était enfin régulier. J'ai ajouté 500 mg de niacinate d'inositol quatre fois par jour à son programme. Elle est revenue le 17 juin 1982, et s'est améliorée encore plus. Elle a été capable de se redresser de la position couchée sur son lit pour la première fois en 15 ans, et elle était libre de dépression. J'ai augmenté son acide ascorbique à 1 gramme quatre fois par jour et ajouté de la vitamine E 800 UI. Parce qu'elle avait montré une telle amélioration dramatique, je lui ai dit qu'elle n'avait plus besoin de venir me voir. Le 1er septembre 1982, elle m'a téléphoné. Je lui ai demandé comment elle allait. Elle a dit qu'elle faisait encore plus de progrès. Je lui ai alors demandé comment elle avait été en mesure d'obtenir au téléphone. Elle a répondu qu'elle était capable de se déplacer seule dans sa chaise. Puis elle ajouta qu'elle n'avait pas appelée pour elle même mais pour son mari. Il avait souffert d'un rhume pendant quelques jours, elle le « coucounait », et elle voulait quelques conseils pour lui. Après une autre visite le 28 octobre 1983, j'ai écrit à son médecin: "Aujourd'hui, Mme KV a rapporté qu'elle avait suivi le programme complet de la vitamine très rigoureusement pendant 18 mois, mais depuis ce temps avait ralenti un peu.Elle est en train de retrouver une grande partie de la force de son muscle, peut maintenant s'asseoir dans son fauteuil sans difficulté, peut aussi se rouler autour de son fauteuil roulant, mais, bien sûr, ne peut rien faire d'utile avec ses mains parce que ses doigts sont si abîmes .Elle voudrait devenir plus indépendante et peut-être pourrait le faire donc si quelque chose pouvait être fait sur ses doigts et aussi sur sa hanche.Je suis ravi qu'elle se soit arrangée pour voir un chirurgien plastique pour voir si quelque chose peut être fait pour obtenir que sa main soit mobile de nouveau.Je lui ai demandé de continuer avec les vitamines Mais parce qu'elle a eu de la difficulté à prendre autant de pilules elle va prendre une préparation appelée Multijet qui est disponible à partir de Portland et contient toutes les vitamines et les minéraux et peut être dissous dans le jus. Elle prendra également inositol niacinate 3 grammes par jour.

Je l'ai revue le 24 mars 1988. Environ 4 de ses vertèbres s'étaient effondrées et elle souffrait plus de douleur qui a été soulagée par Darvon. Il n'avait pas été possible de traiter ses mains chirurgicalement. Elle avait pu manger seule jusqu'à six mois avant cette dernière visite. Elle avait pris de petites quantités de vitamines. Elle a pu utiliser une chaise motorisée. Elle avait été déprimée. J'ai écrit à son médecin: «Il y a deux ou trois ans, elle avait abandonné le programme complet de vitamines. Il est très difficile pour elle d'avaler et je comprends sa réticence à continuer. Un programme minimal qui inclut inositol niacinate 3 grammes par jour, l'acide ascorbique 1 gramme trois fois, l'huile de lin 2 capsules et l'huile de foie de morue 2 capsules.Son mental est bon et je pense qu'elle vient à la suite de la grave détérioration de son corps à cause de l'arthrite au cours des dernières décennies. " Elle a été vue pour la dernière fois par son médecin à l'automne 1989.

3. Diabète juvénile

Le Dr Robert Elliot, professeur de recherche en santé infantile à la Faculté de médecine de l'Université d'Auckland, teste 40 000 enfants de cinq ans pour détecter la présence d'anticorps spécifiques qui indiquent que le diabète se développera plus tard. Ceux qui ont les anticorps recevront du nicotinamide. Cela permettra d'éviter le développement du diabète dans la plupart des enfants qui sont vulnérables. Selon le Rotarien pour mars 1993, ce projet a débuté il ya 8 ans et a 3200 parents dans l'étude. Parmi ceux-ci, 182 avaient des anticorps et 76 ont reçu de la nicotinamide. Seulement 5 sont devenus diabétiques par rapport à 37 qui aurait été prévu. Depuis 1988, plus de 20 100 écoliers ont été testés. Aucun n'est devenu diabétique comparé à 47 du groupe comparable non testé. Une étude semblable est en cours à London (Ontario)

4. Cancer

Des résultats récents ont montré que la vitamine B-3 possède des propriétés anti-cancéreuses. Cela a été discuté lors d'une réunion au Texas en 1987, Jacobson et Jacobson. [15] Le sujet de cette conférence internationale était «niacine, nutrition, ADP-ribosylation et cancer», et était la 8ème conférence de cette série. La niacine, le niacinamide et le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) sont interconvertibles via un cycle nucléotidique pyridine. Le NAD, le coenzyme, est hydrolysé ou divisé en niacinamide et en adenosine dinucléotide phosphate (ADP-ribose). Niacinamide est converti en niacine, qui à son tour est une fois de plus intégré dans NAD. L'enzyme qui divise l'ADP est connue sous le nom de poly (ADP-ribose) polymérase, ou poly (ADP) synthetase, ou poly (ADP-ribose) transférase. La poly (ADP-ribose) polymérase est activée lorsque des brins d'acide désoxyribonucléique (ADN) sont rompus. L'enzyme transfère le NAD au polymère ADP-ribose, le liant à un certain nombre de protéines. Le poly (ADP-ribose) activé par l'ADN rompt aide à réparer les ruptures en déroulant la structure nucléosomique des chromatides endommagés. Il peut également augmenter l'activité de l'ADN ligase. Cette enzyme coupe les extrémités endommagées des brins d'ADN et augmente la capacité de la cellule à se réparer. Les dommages causés par un facteur cancérogène, des rayonnements, des produits chimiques, sont ainsi neutralisés ou neutralisés dans une certaine mesure.

Jacobson et Jacobson, organisateurs de la conférence, ont émis l'hypothèse que la niacine prévient le cancer. Ils ont traité deux groupes de cellules humaines avec des carcinogènes. Le groupe a qui a été donné une niacine adéquate a développé des tumeurs à un taux de seulement 10% du taux du groupe privé de niacine. Le Dr M. Jacobson a déclaré: «Nous savons que le régime alimentaire est un facteur de risque majeur, et que le régime alimentaire a des composants bénéfiques et préjudiciables. Ce que nous ne pouvons pas évaluer à ce stade est la quantité optimale de niacine dans l'alimentation ... Le fait que nous n'avons pas de pellagre ne signifie pas que nous donnons assez de niacine pour conférer une résistance au cancer. Environ 20 mg par jour de niacine préviendront la pellagre chez les personnes qui ne sont pas des pellagrins chroniques. Cette derniere peut nécessiter 25 fois plus de niacine pour rester sain et sauf de pellagre.

La vitamine B-3 peut augmenter l'efficacité thérapeutique du traitement anti-cancer. Chez les souris, la niacinamide a augmenté la toxicité de l'irradiation contre les tumeurs. La combinaison du carbogène normobarique et du nicotinamide pourrait être un moyen efficace d'améliorer la radiosensibilité tumorale en radiothérapie clinique où l'hypoxie limite l'issue du traitement. Chaplin, Horsman et Aoki16 ont trouvé que le nicotinamide était le meilleur médicament pour augmenter la radiosensibilité . La vitamine a travaillé parce qu'il a augmenté le flux sanguin à la tumeur. Le nicotinamide a également amélioré l'effet de la chimiothérapie. Ils ont suggéré que la niacine peut offrir une certaine cardioprotection pendant la chimiothérapie à l'adriamycine à long terme. D'autres preuves que la vitamine B-3 est impliqué dans le cancer est le rapport de Nakagawa, Miyazaki, Okui, Kato, Moriyama et Fujimura [17] que chez les animaux il y a une relation directe entre l'activité de nicotinamide méthyl transférase et la présence de cancer. La mesure de la quantité de N-méthyl nicotinamide a été utilisée pour mesurer l'activité de l'enzyme. En d'autres termes, chez les animaux atteints de cancer, il y a une destruction accrue du nicotinamide, rendant ainsi moins disponible pour le cycle nucléotidique pyridine. Cette constatation s'appliquait à toutes les tumeurs à l'exception des tumeurs solides, du carcinome pulmonaire de Lewis et du mélanome B-16. Gerson [18] a traité une série de patients atteints de cancer avec des régimes spéciaux et avec certains nutriments, y compris la niacine 50 mg 8 à 10 fois par jour, phosphate dicalcique avec vitamine D, vitamines A et D, et les injections de foie. Il a constaté que tous les cas de cancer ont été bénéfiques en ce sens qu'ils sont devenus plus sains et dans de nombreux cas, les tumeurs ont régressé. Dans un rapport ultérieur Gerson a élaboré sur son régime alimentaire. Il a maintenant mis l'accent sur un régime à forte teneur en potassium sur sodium, l'acide ascorbique, la niacine, la levure de bière et l'iode lugols. Juste après la guerre, il n'y avait pas de réserves de vitamines, comme c'est le cas aujourd'hui. Je considérerais l'utilisation de ces éléments nutritifs en combinaison très originale et entreprenante. Le Dr Gerson a été le premier médecin à mettre l'accent sur l'utilisation de multivitamines et de certains multiminéraux. Plus de détails sont dans --> Hoffer. [19] Une autre preuve que la vitamine B-3 est thérapeutique pour le cancer provient de l'étude coronarienne nationale, Canner. [2]

5. Survivants du camp de concentration En 1960, j'ai prévu d'étudier l'effet de l'acide nicotinique sur un grand nombre de personnes âgées vivant dans un foyer abrité. Un nouveau a été construit. J'ai approché le directeur de cette maison, M. George Porteous. J'ai arrangé pour le rencontrer et lui ai dit ce que je voudrais faire et pourquoi. Je lui ai donné un aperçu de ses propriétés, ses effets secondaires et pourquoi je pensais qu'il pourrait être utile. M. Porteous a accepté et nous avons commencé cette enquête. Peu de temps après mon premier contact, M. Porteous est venu à mon bureau à l'hôpital universitaire. Il voulait prendre l'acide nicotinique lui-même, m'a-t-il dit, afin qu'il puisse discuter plus intelligemment de la réaction avec les personnes vivant dans son institution. Il voulait savoir s'il serait sans danger de le faire. Il est venu de nouveau me parler et cette fois, il a dit qu'il voulait me dire ce qui lui était arrivé. Puis j'ai découvert qu'il avait été avec les troupes canadiennes qui avaient navigué jusqu'à Hong Kong en 1940, avait été rapidement capturé par les Japonais et avait survécu 44 mois dans l'un leurs célèbres camps de prisonniers guerre Vingt-cinq pour cent des soldats canadiens sont morts dans ces camps. Ils souffraient de malnutrition sévère due à la famine et à la carence en nutriments. Ils ont souffert du beri beri, de la pellagre, du scorbut, des maladies infectieuses et de la brutalité des gardes. . Porteous, un instructeur d'éducation physique, était en forme pesant environ 190 livres quand il est arrivé là. Quand il est rentré chez lui, il n'a pesé que 2 / 3rds de cela. Sur le chemin du retour dans un navire hôpital, les soldats ont été nourris et soutenus avec des vitamines sous forme de polissage de riz. Il y avait peu de vitamines disponibles alors en comprimés ou en capsules. Il semblait se remettre, mais était resté très malade. Il souffrait de symptômes psychologiques et physiques. Il était anxieux, effrayé et légèrement paranoïaque. Ainsi, il ne pourrait jamais être à l'aise assis dans une pièce, à moins qu'il ne soit assis face à la porte. Cela devait provenir de la peur des gardes. Physiquement, il souffrait d'arthrite sévère. Il ne pouvait pas lever les bras au-dessus de ses épaules. Il souffrait de chaleur et de froid. Le matin, il avait besoin de l'aide de sa femme pour sortir du lit et pour commencer la journée. Il avait une insomnie sévère. Pour cela, il on lui a donné des barbituriques dans la soirée et pour aider à le réveiller le matin, il a reçu des amphétamines.

Plus tard, j'ai lu la littérature croissante sur les anciens combattants de Hong Kong et il n'y a aucun doute qu'ils ont été gravement et durablement endommagé. Ils souffraient d'un taux de mortalité élevé en raison de maladies cardiaques, d'arthrite invalidante, de cécité et une foule d'autres maux , Après avoir raconté ses antécédents, il m'a alors dit que deux semaines après qu'il a commencé à prendre de l'acide nicotinique, 1 gramme après chaque repas, il était normal. Il était capable de lever les bras à pleine extension, et il était libre de tous les symptômes qui l'avaient si longtemps affligé. Quand j'ai commencé à préparer mon rapport [20], j'ai obtenu son tableau d'administration des anciens combattants. Il est venu à moi dans deux boîtes de carton et pesait plus de dix livres, mais plus de 95% avait été constitué avant qu'il n'ait commencé la vitamine. Pour les dix ans suivant le commencement des vitamine il y avait très peu de matériel supplémentaire. On pourrait juger de l'efficacité de la vitamine en pesant le papier graphique avant et après qu'il a commencé avec elle. Porteous est resté aussi longtemps qu'il est resté sur la vitamine jusqu'à sa mort quand il était lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan. En 1962, après avoir été bien portant pendant deux ans, il est allé en vacances à la montagne avec son fils et il a oublié de prendre son acide nicotinique avec lui. Au moment où il rentrait chez lui, presque toute la symptomatologie était revenue.

Porteous était enthousiaste à propos de l'acide nicotinique et a commencé tout raconter à ses amis à ce sujet. Il l'a dit à son docteur. Son médecin l'a averti qu'il pourrait endommager son foie. Porteous a répondu que si cela voulait dire qu'il pourrait rester aussi bien qu'il était jusqu'à ce qu'il soit mort d'une maladie du foie il n'était pas prêt de s'en aller. Son médecin est devenu un enthousiaste aussi et peu années après avait commencé à traiter plus de 300 de ses patients avec la vitamine. Il n'a jamais vu d'exemples de maladie du foie de l'acide nicotinique. J'ai traité plus de 20 prisonniers des camps japonais et des camps de concentration européens depuis lors avec des résultats tout aussi bons. J'ai estimé qu'une année dans ces camps était équivalente à 4 ans de vieillissement, c'est-à-dire quatre ans dans le camp allait vieillir un prisonnier l'équivalent de 16 ans de vie normale.

George Porteous voulait que tous les prisonniers de guerre des camps de l'Est soient traités comme il l'avait été. Il n'a pas réussi à persuader le gouvernement du Canada que l'acide nicotinique serait très utile, alors il s'est tourné vers d'autres prisonniers, tant au Canada (anciens combattants de Hong Kong) que vers les ex-prisonniers de guerre américains. Ces anciens combattants américains ont souffert tout autant que les soldats canadiens car ils ont été traités exactement de la même terrible manière. Ceux qui ont commencé sur la vitamine ont montré la même réponse. Récemment un de ces soldats, un officier à la retraite, m'a écrit après avoir été sur l'acide nicotinique 20 ans qu'il se sentait grand, dû à la vitamine et que quand ses artères ont été examinées au cours d'une opération simple, ils étaient complètement normal. Il a écrit: «Il y a environ deux ans, j'ai été touché, je saignais du cou, les médecins ont eu l'occasion de me réparer. Ils ont dit que les artères sous les oreilles semblaient ne jamais avoir été utilisées.

Il y a une leçon importante tirée de l'expérience de ces anciens combattants et de leur réponse aux mégadoses de l'acide nicotinique. C'est que chaque être humain exposé au stress sévère et à la malnutrition pendant une période de temps assez longue va développer un besoin permanent de grandes quantités de cette vitamine et peut-être pour plusieurs autres.

Cela se produit à grande échelle en Afrique où la combinaison de la famine, la malnutrition et la brutalité reproduisent les conditions subies par les anciens combattants. Ceux qui survivent seront en permanence endommagés biochimiquement et resteront un fardeau pour eux-mêmes et pour la communauté où ils vivent. La société aura-t-elle le bon sens de les aider à se remettre en mettant cette vitamine à leur disposition en doses optimales?

Doses

La dose optimale n'est pas aussi large que pour l'acide ascorbique, mais elle est assez large pour nécessiter des recommandations différentes pour différentes catégories de maladies. Comme c'est toujours le cas pour les nutriments, chaque individu doit déterminer son propre niveau optimal. Avec l'acide nicotinique cela se fait en augmentant la dose jusqu'à ce que la rougeur (vasodilatation) ait disparu, ou est si légere que ce n'est pas un problème. On peut commencer avec une dose aussi faible que 100 mg pris trois fois par jour après les repas et l'augmenter progressivement. Je commence habituellement chaque dose par 500 mg et souvent par une dose d'1 gramme surtout pour les cas d'arthrite, pour les schizophrènes, pour les alcooliques et pour quelques patients âgés( toujours 3 fois / jour). Cependant, chez les patients âgés, il est préférable de commencer petit et de l'augmenter lentement.

Aucune personne ne devrait être recevoir l'acide nicotinique sans être avertie de l'effet de «FLUSH»(rougeur sur le corps) qui variera dans l'intensité de rien du tout à très sévère. Si cela est expliqué attentivement, et si on leur dit que dans le temps le «flush»,ne sera pas un problème ils ne l'auront pas à l'esprit. Le Flush peut rester trop intense pour quelques patients et l'acide nicotinique peut être remplacé par une préparation à libération lente ou par certains esters, par exemple le niacinate d'inositol. Ce dernier est une très bonne préparation avec très peu de flush et la plupart le trouvent très acceptable même quand ils n'étaient pas capables de supporter l'acide nicotinique lui-même. Il est plutôt cher, mais avec la production en quantité le prix pourrait descendre. Les rougeurs commencent dans le front avec un picotement d'avertissement. Puis il s'intensifie. Le rythme du développement des rougeurs dépend de tant de facteurs qu'il est impossible de prédire quel chemin il suivra.Les facteurs suivants diminuent l'intensité des rougeurs: un repas froid, le prendre après un repas, prendre de l'aspirine avant, en utilisant un antihistaminique à l'avance.

Les facteurs suivants rendent les rougeurs plus intenses: un repas chaud, une boisson chaude, un estomac vide, mastiquer les comprimés et la vitesse à laquelle les comprimés se décomposent en liquide. Du front et du visage, le flush se déplace dans le reste du corps, s'arrêtant quelque part dans la poitrine, mais peut s'étendre jusqu'aux orteils. Avec l'utilisation continue, le flush recule progressivement et peut-être ne peut-être qu'une sensation de picotement dans le front. Si la personne cesse de prendre la vitamine pendant un jour ou plus, la séquence de bouffées vasculaires se reproduira. Certaines personnes ne font jamais de flush et quelques-uns seulement commencent le flush après plusieurs années de prise la vitamine. Avec le nicotinamide il ne devrait pas y avoir le flush, mais j'ai constaté qu'environ 2% flushent. Cela peut être dû à la conversion rapide du nicotinamide nicotinique dans le corps. Lorsque la dose est trop élevée pour les deux formes de la vitamine, les patients souffriront de nausées au début, puis si la dose n'est pas réduite, ça entraînera des vomissements. Ces effets secondaires peuvent être utilisés pour déterminer quelle est la dose optimale. Quand ils se produisent la dose est réduite jusqu'à ce qu'elle soit juste au-dessous du niveau des nausées. Chez les enfants, la première indication peut être une perte d'appétit. Si cela se produit la vitamine doit être arrêté pendant quelques jours et puis peut être repris à un niveau inférieur. Très peu de patients peuvent prendre plus de 6 grammes par jour de nicotinamide. Avec l'acide nicotinique, il est possible d'aller beaucoup plus haut. Beaucoup de schizophrènes ont pris jusqu'à 30 grammes par jour sans aucune difficulté. La dose va changer avec le temps et si sur une dose où on était il n'y avait pas de problèmes, ils peuvent se développer par la suite. Habituellement, cela indique que le patient va de mieux en mieux et n'a pas besoin d'autant de niacine . J'ai divisé tous les patients qui pourraient bénéficier de la vitamine B-3 dans les catégories suivantes.

Catégorie 1. Ce sont des personnes qui sont bien ou presque, et n'ont pas de maladie évidente. Ils sont intéressés à maintenir leur bonne santé ou à l'améliorer. Ils peuvent être sous un stress accru. La dose optimale varie de 0,5 à 3 grammes par jour. Les mêmes doses s'appliquent à la nicotinamide. Catégorie 2. Tout le monde sous un stress physiologique, comme la grossesse et l'allaitement, souffrant d'une maladie aiguë comme le rhume ou la grippe ou d'autres maladies qui ne menacent pas la mort. Tous les syndromes psychiatriques sont inclus dans ce groupe, y compris les schizophrénies et les états séniles. Il comprend également le très grand groupe de personnes avec des niveaux élevés de cholestérol dans le sang ou de faible HDL quand il est souhaité de restaurer ces valeurs sanguines à la normale. La plage de doses est de 1 gramme à 10 grammes par jour. Pour le nicotinamide, la plage est de 1 1/2 g à 6 g.Le nicotinamide n'affecte pas le taux de cholestérol.

Effets secondaires

Voici les conclusions du Dr John Marks. [21]"Une sensation de picotement ou de chaleur dans la peau après des doses relativement importantes (plus de 75 mg) de l'acide nicotinique est un phénomène assez commun.Il est le résultat de la dilatation des vaisseaux sanguins qui est l'une des actions naturelles de l'acide nicotinique et L'un pour lequel il est utilisé thérapeutique ment .Si cela doit donc être considéré comme une véritable réaction indésirable est un point discutable.La réaction s'efface régulièrement après environ 20 minutes et n'est pas nocif pour l'individu.Il est très rare que cette réaction se produise à Moins de trois fois la RDA, même chez les personnes très sensibles.La nicotinamide produit apparenté produit très rarement cette réaction et, en conséquence, c'est la forme généralement utilisée pour la supplémentation en vitamines. «Des doses de 200 mg à 10 g par jour d'acide ont été utilisées comme thérapie pour abaisser le taux de cholestérol sanguin sous contrôle médical pendant des périodes allant jusqu'à 10 ans ou plus et bien que certaines réactions se soient produites à ces doses très élevées, on y a rapidement réagi en cessant la thérapie, et ces réactions ont souvent disparu même lorsque la thérapie a été reprise - Dans des cas isolés, on a vu des troubles du foie passagers, des éruptions, la peau sèche et la pigmentation excessive La tolérance au glucose a été réduite chez les diabétiques et les patients atteints d'ulcères gastro-duodénaux ont présenté une douleur accrue. Aucune réaction grave n'a cependant été signalée, même dans ces cas graves les données disponibles suggèrent que 10 fois la dose autorisée l'ADR n'est pas nocive (environ 100 mg). Dr. Marks est prudent sur la recommandation que les doses de 100 mg sont sûrs. À mon avis, sur la base de 40 ans d'expérience avec cette vitamine les gammes de dose que j'ai recommandé ci-dessus sont sûres. Cependant, avec des doses plus élevées, une surveillance médicale est nécessaire. La jaunisse est très rare. Moins de dix cas ont été signalés dans la littérature médicale. Je n'en ai vu aucune en dix ans. Lorsque la dose produit une jaunisse ,c'est habituellement d'un type obstructif et s'efface lorsque la vitamine est interrompue. J'ai réussi à ramener des patients schizophrènes sur l'acide nicotinique après que la jaunisse ait été éliminée et qu'elle ne se soit pas reproduite. Quatre cas graves ont été signalés, tous impliquant une préparation à libération prolongée. Mullin, Greenson et Mitchell (1989) [22] ont rapporté qu'un homme de 44 ans était traité avec de l'acide nicotinique cristallin, 6 grammes par jour, et après 16 mois était normal. Il a ensuite commencé à prendre une préparation à libération prolongée, la même dose. En trois jours, il a développé des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, urine sombre. Il avait une insuffisance hépatique sévère et nécessitait une transplantation hépatique. Henkin, Johnson & Segrest ont trouvé trois patients qui ont développé l'hépatite avec l'acide nicotinique à libération prolongée. Lorsqu'il a été remplacé par de l'acide nicotinique cristallin, il n'y avait pas de lésions hépatiques récurrentes. [23] Puisque la jaunisse chez les personnes qui n'ont pas pris l'acide nicotinique est assez commune il est possible qu'il y ait une association aléatoire. Les tests de fonction hépatique peuvent indiquer qu'il y a un problème quand en fait il n'y en a pas. L'acide nicotinique doit être arrêté pendant cinq jours avant que les tests de la fonction hépatique ne soient administrés. Un patient qui n'a eu aucun problème avec l'acide nicotinique pour abaisser le cholestérol a changé pour des préparations à libération lente et est devenu malade. Quand il a repris l'acide nicotinique d'origine, il était bien à nouveau sans autre preuve de dysfonctionnement hépatique. Je n'ai vu aucun cas signalé ailleurs. J'ai décrit beaucoup plus complètement les effets secondaires de cette vitamine ailleurs. [24] L'hexaniacinate d'inositol est un ester d'inositol et d'acide nicotinique. Chaque molécule d'inositol contient six molécules d'acide nicotinique. Cet ester est décomposé lentement dans le corps. Il est aussi efficace que l'acide nicotinique et est presque exempt d'effets secondaires. Il y a très peu de bouffées de chaleur, de détresse gastro-intestinale et d'autres effets secondaires peu fréquents. L'inositol, considéré comme l'une des vitamines B les moins importantes, a une fonction dans le corps en tant que molécule messager et peut ajouter quelque chose aux propriétés thérapeutiques de l'acide nicotinique.

Conclusion

La vitamine B-3 est un nutriment très efficace dans le traitement d'un grand nombre de maladies psychiatriques et médicales, mais son effet bénéfique est renforcée lorsque le reste du programme orthomoléculaire est inclus. La combinaison de vitamine B-3 et les nutriments antioxydants est un grand programme anti-stress. Reproduit avec l'autorisation de l'auteur:
Abram Hoffer, M.D., Ph.D.



References
1. Horwitt MK: Modern Nutrition in Health and Disease. Fifth Ed. RS Goodhart and ME Shils. Lea & Febiger, Phil. 1974.
2. Canner PL, Berge KG, Wenger NK, Stamler J, Friedman L, Prineas RJ & Freidewald W: Fifteen year mortality Coronary Drug Project; patients long term benefit with niacin. American Coll Cardiology 8:1245-1255, 1986.
3. Altschul R, Hoffer A & Stephen JD: Influence of Nicotinic Acid on Serum Cholesterol in Man. Arch Biochem Biophys 54:558-559, 1955.
4. Hoffer A: The Schizophrenia, Stress and Adrenochrome Hypothesis. In Press, 1995.
5. Hoffer A: Orthomolecular Medicine for Physicians. Keats Pub, New Canaan, CT, 1989.
6. Hoffer A: The treatment of schizophrenia. In Press 1995.
7. Hoffer A: The Development of Orthomolecular Medicine. In Press, 1995.
8. Hoffer A: Niacin Therapy in Psychiatry. C. C. Thomas, Springfield, IL, 1962.
Hoffer A & Osmond H: New Hope For Alcoholics, University Books, New York, 1966. Written by Fannie Kahan.
Hoffer A & Walker M: Nutrients to Age Without Senility. Keats Pub Inc, New Canaan, CT, 1980.
Hoffer A & Walker M: Smart Nutrients. A Guide to Nutrients That Can Prevent and Reverse Senility. Avery Publishing Group, Garden City Park, New York, 1994.
9. Agnew N & Hoffer A: Nicotinic Acid Modified Lysergic Acid Diethylamide Psychosis. J Ment Science 101:12-27, 1955.
10. Ivanova RA, Milstein GT, Smirnova LS & Fantchenko ND: The Influence of Nicotinic Acid on an Experimental Psychosis Produced by LSD 25. Journal of Neuropathology and Psychiatry of CC Korsakoff 64:1172-1176, 1964. In Russian. Translated by Dr. T.E. Weckowicz.
11. Wilson B: The Vitamin B-3 Therapy: The First Communication to A.A.'s Physicians and A Second Communication to A.A.'s Physicians, 1967 and 1968.
12. Smith RF: A five year field trial of massive nicotinic acid therapy of alcoholics in Michigan. Journal of Orthomolecular Psychiatry 3:327-331, 1974.
Smith RF: Status report concerning the use of megadose nicotinic acid in alcoholics. Journal of Orthomolecular Psychiatry 7:52-55, 1978.
13. Kaufman W: Common Forms of Niacinamide Deficiency Disease: Aniacin Amidosis. Yale University Press, New Haven, CT, 1943.
Kaufman W: The Common Form of Joint Dysfunction: Its Incidence and Treatment. E.L. Hildreth and Co., Brattelboro, VT, 1949.
14. Hoffer A: Orthomolecular Medicine For Physicians, Keats Pub, New Canaan, CT, 1989.
15. Jacobson M & Jacobson E: Niacin, nutrition, ADP-ribosylation and cancer. The 8th International Symposium on ADP- Ribosylation, Texas College of Osteopathic Medicine, Fort Worth, TX, 1987.
Titus K: Scientists link niacin and cancer prevention. The D.O. 28:93-97, 1987.
Hostetler D: Jacobsons put broad strokes in the niacin/cancer picture. The D.O. 28:103-104, 1987.
16. Chaplin DJ, Horsman MP & Aoki DS: Nicotinamide, Fluosol DA and Carbogen: a strategy to reoxygenate acutely and chronically hypoxic cells in vivo. British Journal of Cancer 63:109-113, 1990.
17. Nakagawa K, Miyazaka M, Okui K, Kato N, Moriyama Y & Fujimura S: N1-methylnicotinamide level in the blood after nicotinamide loading as further evidence for malignant tumor burden. Jap. J. Cancer Research 82:277-1283, 1991.
18. Gerson M: Dietary considerations in malignant neoplastic disease. A prelimary report. The Review of Gastroenterology 12:419-425, 1945.
Gerson M: Effects of a combined dietary regime on patients with malignant tumors. Experimental Medicine and Surgery 7:299-317, 1949.
19. Hoffer A: Orthomolecular Oncology. In, Adjuvant Nutrition in Cancer Treatment, Ed. P. Quillin & R. M. Williams. 1992 Symposium Proceedings, Sponsored by Cancer Treatment Research Foundation and American College of Nutrition. Cancer Treatment Research Foundation, 3455 Salt Creek Lane, Suite 200, Arlington Heights, IL 60005-1090, 331-362, 1994.
20. Hoffer A: Hong Kong Veterans Study. J Orthomolecular Psychiatry 3:34-36, 1974.
21. Marks J: Vitamin Safety. Vitamin Information Status Paper, F. Hoffman La Roche & Co., Basle, 1989.
22. Mullin GE, Greenson JK & Mitchell MC: Fulminant hepatic failure after ingestion of sustained-release nicotinic acid. Ann Internal Medicine 111:253-255, 1989.
23. Henkin Y, Johnson KC & Segrest JP: Rechallenge with crystalline niacin after drug-induced hepatitis from sustained-release niacin. J. American Medical Assn. 264:241-243, 1990.
24. Hoffer A: Niacin Therapy in Psychiatry. C. C. Thomas, Springfield, IL, 1962.
Hoffer A: Safety, Side Effects and Relative Lack of Toxicity of Nicotinic acid and Nicotinamide. Schizophrenia 1:78-87, 1969.
Hoffer A: Vitamin B-3 (Niacin) Update. New Roles For a Key Nutrient in Diabetes, Cancer, Heart Disease and Other Major Health Problems. Keats Pub, Inc., New Canaan, CT, 1990.

******** fin ********

 


Andrew W. Saul

AN IMPORTANT NOTE:  This page is not in any way offered as prescription, diagnosis nor treatment for any disease, illness, infirmity or physical condition.  Any form of self-treatment or alternative health program necessarily must involve an individual's acceptance of some risk, and no one should assume otherwise.  Persons needing medical care should obtain it from a physician.  Consult your doctor before making any health decision. 

Neither the author nor the webmaster has authorized the use of their names or the use of any material contained within in connection with the sale, promotion or advertising of any product or apparatus. Single-copy reproduction for individual, non-commercial use is permitted providing no alterations of content are made, and credit is given.


| Home | Order my Books | About the Author | Contact Us | Webmaster |